Des carreaux dans mon dressing.

Dans ma garde-robe, il y a pas mal de carreaux.

Mes inspirations…

Quand on y réfléchi, c’est un motif qui peut se décliner de plein de façons et donner des effets vraiment sympathiques. Qu’il s’agisse des petits carreaux du Vichy ou des écossais bien réguliers, les carreaux gagnent facilement  leur place dans votre garde-robe. Je les trouve intemporels et élégants, à la fois discrets et originaux. Alors quand mon professeur m’a proposé un joli tergal, j’ai craqué. J’ai commencé par couper une jupe, et j’ai même eu assez de tissu pour faire un gilet assorti. J’ai pris plaisir à coudre ce petit ensemble passe-partout, que je porterai avec une chemise. Je ne sais pas pourquoi, je trouve à cet ensemble comme un air londonien. On pourrait facilement le mettre pour aller au bureau, je l’imagine bien courant les rues de Londres à la poursuite du premier métro, en compagnie d’un attaché case.

Et comme j’ai pris la bonne résolution d’accessoiriser mes créations, j’ai égayé cet ensemble avec une montre à gousset trouvée sur A Little Mercerie dans la boutique de l’Epicerie de Lily. J’avais envie depuis longtemps d’une montre à gousset portée au cou comme un long sautoir. J’aime beaucoup son côté patiné très vintage. Sur le recto, le métal est travaillé finement par des jours, sur le verso il est gravé de motifs. De quoi être à l’heure, et faire un saut dans le temps…

 D’un point de vue technique…
Patte de boutonnage tergal les boutonnières.

Je n’étais pas vraiment satisfaite de mes premiers essais sur la Tunique à Col Mao, j’en ai donc profité pour m’entraîner. Avant de coudre les boutonnières définitives, j’en ai fait quelques-unes sur une chute de tissu, histoire de bien maîtriser le geste. Cela ne m’a pas empêché de rater celle de la jupe, qu’il a fallu découdre. Et croyez-moi, mieux vaut s’entraîner quelques heures à coudre sur une chute de tissu, voire quelques heures de plus. Parce que défaire une boutonnière à la main, c’est vraiment difficile. A part ce petit raté, je trouve ces boutonnières mieux réussies que les précédentes.

 

La fermeture éclair.

D’un point de vue technique, j’ai eu moins de difficulté que prévu sur la pose de la fermeture éclair de la jupe, ce qui m’a agréablement surprise. Par contre, le gilet a été plus difficile à coudre. J’ai eu beaucoup de mal avec les emmanchures. A croire que ça devient symptomatique : piqûre nervure + courbe = panique. C’est comme sur un circuit de rallye, foncer en ligne droite c’est facile, il s’agit de ne pas aller dans le décor au moment du virage.

Zoom sur le tergal…

Le Tergal est une fibre synthétique de la famille des polyesters qui a une grande souplesse. Il est très agréable à porter et peut-être associé à d’autres fibres. Et juste pour le fun, une petite réclame publicitaire trouvée ici , parce qu’il n’y a jamais trop de vintage. 😉 (et que les vieilles affiches publicitaires, c’est top !)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s