Coups de Coeur·Uncategorized

Coup de coeur : les laines By Night Dyes

Je sais que je vous avais promis de la couture pour aujourd’hui… mais la catégorie « Coup de cœur » a dormi depuis bien trop longtemps !

Je la rouvre aujourd’hui avec grand plaisir pour vous parler du travail d’une fée des couleurs : Nathalie de By Night Dyes. C’est son travail qui m’a inspiré mon châle Cassiopée

Nathalie vit en Belgique et teint ses laines de façon naturelle à l’aide de végétaux. Elle aime travailler au rythme de la nature, et sa démarche m’a particulièrement intéressée. Ses laines teintes à la main, ses jolis sacs à en encours et ses cousettes pleines de tendresse sur sont sur sa boutique internet et sur des marchés artisanaux auxquels elle participe. On peut la retrouver sur Facebook, Ravelry et dans ses podcasts toujours pleins de bonne humeur, de soleil et de couleurs. J’ai tout de suite eu envie d’en savoir plus sur son travail et elle a gentiment accepté de se prêter au jeu de l’interview…

lilli pilli nathalie

Chaussez vos baskets et n’oubliez pas vos petits paniers, nous partons ensemble à la cueillette aux réponses…

dégradé laines

 1/ Pourquoi as -tu choisi la teinture en général comme métier ? et pourquoi la teinture végétale en particulier ?

« Ce n’est pas du tout mon métier… je suis graphiste à la base, j’ai étudié aux Beaux-Arts. Je suis obsédée par la couleur. Je crois qu’il était obligatoire qu’à un moment, j’essaie la teinture de laine. J’ai choisi la teinture végétale parce que j’aime le lien que ce processus a avec la nature, la botanique mais aussi avec la chimie (je ne parle pas de produits chimiques mais de processus chimique). La teinture végétale ne consiste pas à juste faire une soupe de plantes dans laquelle on jette de la laine ou du tissu. Il faut suivre le cycle des saisons, il faut faire attention à l’acidité du bain… tellement de paramètres rentrent en compte. l’apprentissage est sans fin. Et j’aime apprendre.

J’aime aussi la lenteur du processus. Il y a de nombreuses étapes. Toutes doivent être respectées et chacune prend des heures. Les temps de trempage et de séchage sont aussi essentiel que le bain de teinture lui-même. Et j’aime l’idée de faire quelque chose lentement, naturellement. »

 

2/ Peux-tu nous parler de ton processus créatif en teinture végétale ? Pars-tu des plantes que tu as à portée de main ou de quelque chose que tu as vu au cours de ta journée , qui t’a inspirée et donné une envie d’une couleur précise ?

« A priori, en fonction de mon expérience et de la littérature, je sais quelle couleur va donner quelle plante. Mon cycle de teintures est vraiment surtout lié à mon envie du moment – pas de telle ou telle couleur – mais d’exploiter telle ou telle plante. Soit parce que c’est la saison, soit parce que j’ai envie de refaire d’autres expériences sur base d’une plante connue, soit pour varier les techniques et parties de plantes utilisées. »

3/ Y a-t-il un végétal que tu aimes utiliser plus qu’un autre pour tes teintures ?

« Forcément, il y a des couleurs auxquelles je suis plus sensible que d’autres. Et certaines plantes qui offrent un spectre de couleur plus vaste que d’autres. Mais chacune a ses spécificités et j’aime alterner… Entre celles qu’on utilise fraîches, celles dont on utilise les racines ou l’écorce… voire toutes les parties… Le processus est différent pour presque chaque plante. je n’ai donc pas de préférence. Dans certains cas, c’est très technique, très précis. Surtout si on veut obtenir certaines couleurs – comme le rouge garance ou le violet très foncé du bois de campêche. Dans d’autre cas, il est agréable de juste laisser faire le hasard. C’est ce que je fais quand j’utilise les plantes que j’ai à portée de main. »

 

 

3 / Est-ce qu’il y a une couleur que tu rêves d’arriver à obtenir un jour avec la teinture végétale ?

« La couleur que je rêve d’obtenir est évidement le bleu de l’indigo – et par extension le vert qui contrairement à ce que la chlorophylle des plantes pourrait laisser à penser est impossible à obtenir en teinture végétale sans passer par un double bain de teinture – jaune puis bleu. Bizarrement, je m’en faisais toute une montagne. Et avais toujours lu que la cuve d’indigo nécessite des produits chimiques dont le rejet dans la nature n’est pas génial. Comme je me refuse d’utiliser quoi que ce soit qui puisse être nocif pour mon jardin – où je verse l’eau restante de mes bains, je m’étais fait à l’idée de ne jamais teindre à l’indigo. Mais, tout récemment, j’ai assisté à une démonstration et appris qu’il existait une recette absolument sans danger – la cuve 123 de Michel Garcia. Il y a donc de fortes chances que je fasse une tentative – ou plus 😉 – pendant l’été… »

4/ Quelle est la dernière couleur que tu as teinte et avec quoi ? Peux-tu nous en montrer un écheveau ?

« J’ai utilisé les feuilles de rhubarbe de mon jardin. J’en ai fait une décoction que j’ai laissé macérer 4 jours avant de filtrer et d’y ‘cuire’ ma laine. Que j’ai, à nouveau, laisser macérer 4 jours avant de rincer. le résultat est un jaune/ beige lumineux et soyeux. Et une odeur atroce dont je n’arrive pas à me débarrasser 😉 »

Rhubarbe
Teinture à la rhubarbe

5/ Si tu devais résumer ta passion en un mot ce serait…

« Un seul? Impossible. Surprise et patience »

6/ Selon toi, la teinture végétale est-elle à la portée de tout le monde et que conseillerais-tu à ceux qui veulent s’y essayer ? 

« La teinture végétale demande énormément de patience et de rigueur.Du point de vue strictement pratique, oui, elle est à portée de tous. Les ingrédients nous entourent. De plus, elle fait partie de notre histoire, de l’histoire de l’Humanité (oui… carrément ;-). Les couleurs traditionnelles de beaucoup de cultures  dites primitives sont liées aux végétaux locaux.

Mais tout dépend du résultat qu’on veut atteindre. Beaucoup de végétaux sont de faux amis. La betterave rouge, le chou rouge, les fruits rouges, les épices de notre cuisine… tous vont donner à la laine ou au tissu une jolie couleur mais cette couleur va disparaitre avec le temps, la lumière, les lavages…

La teinture végétale implique un processus chimique. C’est ce processus chimique naturel qui va faire tenir la couleur. Les plantes ne sont pas toutes nos amies. Certaines sont toxiques une fois cuites. Les émanations du bains peuvent être dangereuses. On travaille avec une eau entre 65 et 80°. La teinture végétale exige également beaucoup de prudence. Il faut porter des gants, il faut travailler dans une pièce bien ventilée et ne jamais utiliser du matériel  dans lequel on cuisinera par la suite.

La recette que j’ai donnée dans mon deuxième épisode de podcast est à la portée de tous (mais attention à l’eau chaude si on la pratique avec des enfants). Il s’agissait de la recette de teinture aux pelures d’oignons. Elle ne nécessite pas de pré-traiter la laine (on parle de mordançage), la cuisson des pelures d’oignons est certes odorante mais non toxique,on peut utiliser son matériel de cuisine habituel et le résultat est bluffant. mais c’est une des rares plantes qui rende les choses aussi simples 😉 »

19379359_792772074232653_823692633367904256_n
Châle Mayapple, tricoté par Nathalie avec un fil teint à l’oignon

************************

**** Un grand merci à Nathalie qui a accepté de nous donner sa recette de la teinture à la pelure d’oignon  ! ****

Teinture à l’oignon 

« ♥ En teinture végétale, la règle est qu’il faut le même poids de plante séchée que de laine à teindre. La pelure comporte tellement de tanins que ce n’est pas nécessaire. Mais il en faut quand même un sacré volume si on désire une couleur soutenue.

La couleur obtenue dépend d’énormément de paramètres (quantité de pelures, qualité de la laine mais aussi variété d’oignon, date de la récolte, origine des oignons…). Il est donc quasi impossible d’obtenir deux fois le même résultat. Si on veut teindre la laine pour un grand projet tricot, je conseille vivement de tout teindre en une fois.

Recette

1/ Plonger les pelures d’oignons dans un grand volume d’eau – Idéalement, les laisser tremper au moins 24h. Faire chauffer en montant progressivement la température jusqu’à la petite ébullition. Laisser bouillonner pendant 1h en mélangeant de temps en temps. Laisser ensuite refroidir (au plus longtemps, au mieux) et filtrer.

2/ Mettre la laine (ou le tissu) que l’on veut teindre à tremper 1/4h dans une bassine d’eau claire à 30°C. L’essorer et la plonger dans la décoction d’oignons. A nouveau, monter la température très progressivement jusqu’à 75°C et maintenir cette température pendant 3/4h-1h. Mélanger de temps en temps délicatement (en tournant vite, la laine peut feutrer). Laisser refroidir – en général, je laisse la laine 24h dans le bain mais au plus longtemps elle reste, au mieux c’est.

3/ Rincer la laine abondamment à l’eau – Jusqu’à ce l’eau qui en sorte soit claire. Faire tremper 1/4h – 20 minutes dans une bassine d’eau à 30° avec un petit peu de détergent pour laine ou de savon de marseille.

4/ Rincer à nouveau et laisser sécher à l’abri des rayons directs du soleil.

Si le bain n’est pas « épuisé », c’est-à-dire qu’il est encore coloré, n’hésitez pas à y teindre une autre série de fils. Ils sortiront plus clairs mais probablement très jolis aussi. »

************

J’espère que cet article vous aura donné envie de découvrir le travail de Nathalie, et de vous essayer à la teinture à l’oignon (vous verrez c’est addictif ! ).

Je vous dis à tout bientôt pour de nouvelles rencontres, de nouvelles créations et de nouveaux échanges ! Passez un doux Lundi… 

 

 

 

 

 

Publicités

9 réflexions au sujet de « Coup de coeur : les laines By Night Dyes »

  1. Un jolie partage autour d’une créatrice talentueuse et une explication claire de la technique pour teindre avec des pelures d’oignons … le plus dur c’est peut être de trouver de la laine à teindre qui ne soit pas encore traité … Merci pour ce joli coup de cœur.
    Thali

  2. Génial cet article !!! Merci pour ce beau partage sur un sujet passionnant !!! C’est vraiment très intéressant de lire toutes les options que permettent les teintures végétales et tous les petits secrets qui se cachent derrière et qu’on ne soupçonnent pas forcément de prime abord !!! C’est super !!!

  3. Oh oui, ça me donne envie de la découvrir ! Un grand merci pour la recette de la teinture à l’oignon, c’est à ma portée mais pour teindre des taies d’oreillers blanches !
    Ton article est passionnant.

  4. Tres tres belle rencontre !!! Vous estes vraiment faites pour travailler de concert !
    J’ai vraiment tres tres envie de tester ses laines magnifiques. Quand à la teinture, je résiste encore … j

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s