Image

Un sac pour mes tricots

S’il y a une chose donc je suis sûre, c’est qu’on n’a JAMAIS trop de sacs. 

Surtout quand il s’agit d’y caser ses encours de tricot… Et en ce moment, j’enchaîne les grands ouvrages, ceux qui ne tiennent ni dans mes sacs à main, ni dans mes habituels petits pochons de transport. Il fallait donc remédier à cette situation, et vite !

Heureusement, je suis tombée sur un très joli coupon aux puces des couturières pas loin de chez moi… J’adore la marque Santoro Gorguss, alors je n’ai pas pu résister à ce panneau représentant la fameuse petite fille.  😉

J’ai ensuite monté le panneau sur un tissus de jean fin, le même qui avait servi à ma jupe salopette : rien ne se perd, rien ne se créé tout se transforme !

dsc_3392.jpg

Une fois le devant de mon sac prêt, je me suis attaquée aux anses… J’avais prévu de les faire toutes simples et puis soudain, j’ai eu un flash. Hop, j’ai sorti ma craie de tailleur et tracé LE mot qu’il manquait à ma cousette. Parce que, rappelez-vous, ce sac sera surtout dédié au transport de mes encours…

Alors forcément, j’ai sorti l’artillerie lourde  ! J’ai tout simplement piqué par-dessus mon tracé et voilà :

DSC_3423

Pour la doublure, j’ai pioché dans les chutes de mon pantalon Botanic et cousu une petite poche à l’intérieur.

Et porté, ça donne quoi ?

DSC_3618

Il ne restait plus qu’à glisser un projet tricot dans mon tout nouveau sac… En ce moment sur mes aiguilles il y a un nouveau châle doudou, léger comme une plume: le Two to Tango de Nadia Crétin-Lechenne que je tricote… tout en fil mohair ! Comme quoi, rien n’est impossible… 😉 Ce sac serait-il un peu magique…?

Et vous, avez-vous des sacs spécial tricot ?

Comment conservez-vous ou transportez-vous vos encours ?

Dites-moi tout dans les commentaires ! 🙂

Publicités
Image

Mon pantalon Botanic

Il va pleuvoir, il va neiger, parce que je reviens avec un article COUTURE !!!!

Et en plus, il ne s’agit pas de n’importe quelle cousette… mais de mon premier pantalon. En fait le second si l’on compte mes essais pour le CAP couture… qui n’avaient pas été concluants du tout !  Ils m’avaient laissé un souvenir cuisant et avaient attisés mon dégoût du pantalon jusqu’à des sommets…

Car, voyez-vous je n’aime pas les pantalons. Je les trouve inconfortables, pas toujours esthétiques et vraiment pas indispensables à ma garde-robe. Je leur préfère en général les robes et les jupes, de longueurs variées selon les saisons. Et puis un jour, je suis tombée sur la nouvelle collection de Pauline Alice.

Et là, l’impensable s’est produit : j’ai flashé sur un pantalon !!!! Leur modèle Botanic m’a tout de suite attirée : d’une forme très ample, il me rappelait presque une jupe, et sa taille élastiquée promettait de me faire oublier l’inconfort des tailles de jeans avec un côté délicieusement rétro…

Côté tissu

J’ai utilisé une sorte de coton bleu chiné sur une brocante… A 3 euros les 3 mètres, pas question de s’en priver ! 🙂 J’aime assez chiner, alors si en plus il y a des stands de mercerie, je suis aux anges…

Côté technique 

Rien de sorcier dans ce patron : pas de fermeture éclair, pas de bouton… Rien que des couture simples, un ourlet, un élastique et voilà ! On est loin du casse-tête de la pose biais et c’est un vrai régal pour les feignasses de la couture comme moi…

Je n’ai pas souhaité doubler cette version qui est un peu ma « toile », mon premier essai d’un patron que je compte bien refaire !

Mon seul regret : c’est d’avoir choisi la version « courte », au final je pense que quelques centimètres de plus m’auraient convenu… Cette première version sera parfaite pour les journées de ballade à la mer, les vacances ou même pour aller travailler.

Par contre, le tissu froisse très, très rapidement… je pense que je ferai plus attention à mon choix de tissu pour éviter ça dans les prochaines versions.

En attendant, ça vous dit une petite pause ensemble en terrasse ? Et bien sûr, il fallait quelques plantes vertes pour mettre en valeur ce Botanic… 😉

DSC_2340

DSC_2327

Je suis vraiment à l’aise dans cette cousette, et je pense déjà à en refaire d’autres versions : en lin ou dans une cotonnade légère pour l’été, en tweed ou en tissu laine pour l’automne hiver… Les idées ne manquent pas et j’ai hâte de récidiver…

Il fallait bien cette pointe de vintage pour me réconcilier avec les pantalons… On dit merci qui ? Merci Pauline Alice! 🙂

DSC_2330 (1)

Je vous dis à tout bientôt pour d’autres créations… 

 

Image

A l’heure du thé…

En ce moment, je suis complètement charrette

 Cette jolie expression, apprise de mon amie Rose and Mine, résume parfaitement tout mon quotidien de ces dernières semaines (et ça ne va pas en s’arrangeant !). Comme je suis très curieuse, j’ai fait quelques recherches et voilà ce qu’il en ressort :

A l’origine, cette expression était utilisée par les élèves architectes des Beaux Arts au XIX ème siècle car leurs projets (dessins, plans etc…) étaient transportés ou ramassés sur des charrettes. Et que les étudiants finissaient parfois le travail en cours de route quand ils étaient en retard… ou pire, voyaient leur travail inachevé ramassé par la charrette sans espoir de le terminer. Vous y êtes ?

En ce qui me concerne, je passe mes journées à courir derrière cette charrette, sauf que dans mon cas elle est chargée  d’en-cours de tricot, de broderies commencées, et de cousettes à fignoler. Je suis tellement en retard que je n’ai même pas pris le temps de vous présenter ma dernière cousette, terminée il y a un bon mois ! La honte quoi… Alors je vais vite vous raconter son histoire et rattraper le temps perdu !

J’espère que vous courez vite car il va falloir suivre le lapin blanc alors… en avant ! Nous sommes déjà terriblement en retard pour le thé !

lapin blanc

 

Tout à commencé lorsque j’ai voulu faire un cadeau à ma copine de blog Rose and Mine, car en plus de partager des expressions vraiment « terroir » comme « être charrette » ou « sortir le hâche-théière », nous avons aussi le même amour pour les bons goûters et le thé.

J’ai choisi deux tissus aux tons doux et j’y ai coupé un petit set, sur lequel elle pourrait poser sa tasse et son goûter. D’un côté, un petit patchwork, pêle-mêle de carrés et rectangles pour animer un peu mon tissu. De l’autre, un imprimé tasse de thé, féminin et élégant, auquel je trouvais un côté un peu anglais.

set mine recto

ZOOM TEA

J’ai brodé mon petit set dans un gris rappelant mon tissu :  le mot « tea », clin d’oeil au moment du thé qui est rituel en Angleterre , et deux petits coeurs…Comme en rappel d’un autre univers qui nous est cher, et dans lequel c’est toujours l’heure du thé…

tea party

J’ai accompagné mon petit set de deux thés que j’adore boire l’après-midi avec de bons biscuits ou quelques chocolats. A chaque sachet son étiquette explicative pour détailler le temps d’infusion et la température de l’eau, deux éléments incontournables pour un thé réussi. Pour le verso, j’ai utilisé mon tissu violet rayé et j’ai doublé l’ensemble avec un molleton fin pour donner un peu de volume.

set Mine verso

J’ai vraiment adoré coudre ce petit accessoire, même si ma machine n’a pas été coopérative (du tout) pour coudre l’épaisseur finale… J’ai eu envie à de nombreuses reprise que quelqu’un surgisse et crie dans mon atelier « qu’on lui coupe la tête !  » ! Mais heureusement, aucune tête n’a volé et mon petit paquet est bien arrivé à destination, accompagné d’une jolie carte signée Fille d’Hiver.

set recto 2

J’ai adoré coudre ce petit accessoire et j’ai déjà plein d’idée pour en créer de nouveaux… Alors je vous dis à très bientôt et en attendant…

vous prendrez bien une demie-tasse de thé ?

cheshire

 

Image

Ma robe Seda

Mieux vaut tard que jamais, je reviens enfin vous montrer ma Seda Dress du réveillon ! 

Oui, je sais, on est fin janvier… J’ai mis un peu de temps à finaliser cet article mais je n’étais pas très en forme, et j’avais peur de vous faire fuir avec ma tête de zombie…Les cernes XXL ne rendaient pas justice à ma cousette, et comme je n’aime pas tricher à coups de maquillage, j’ai attendu d’avoir une mine plus reposée.

Mais revenons à l’essentiel : la couture ! J’ai vraiment aimé coudre ce modèle de Pauline Alice. C’est une jolie robe avec empiècement, déclinable en deux versions. J’ai choisi de réaliser la version B, avec manches longues et haut contrastant car elle était plus de saison mais j’adore aussi la version A !

Côté tissu, j’ai utilisé un sublime chambray à pois réversible Les Trouvailles d’Amandine pour lequel j’ai eu un vrai coup de foudre ! Il est noir d’un côté et vert émeraude de l’autre avec de petits dots.

tissu-seda

Le relevage du patron s’est fait en douceur :  les planches sont claires et le plan de coupe bien détaillé. J’ai ensuite bâti chaque pièce avant de piquer, une étape importante pour moi car pour ma toute première cousette sans filet et sans professeur, je voulais prendre le temps de m’appliquer.

seda-releve-de-patron

seda-piquage

La couture s’est faite sans grande difficulté, j’ai trouvé le patron très clair et bien expliqué. Je me suis juste trompée sur une couture du haut mais avec mon meilleur ami le découd-vite, la bêtise a été réparée vitesse grand V ! 😉

J’avais au départ prévu de finir cette robe pour le Salon CSF de Novembre dernier, mais j’ai été prise par le temps et ne l’avais pas finie. Et ça tombait très bien, car j’ai pu bénéficier des précieux conseils couturesques de Rose and Mine, qui m’a conseillé d’investir dans un pied de biche spécial fermeture éclair invisible.

A mon retour de Paris, j’ai donc commandé le précieux outil… et en attendant de le recevoir, j’ai monté les manches : un vrai défi pour moi car j’ai toujours tendance à faire des bêtises en répartissant l’embu. Finalement cette étape que j’appréhendais beaucoup s’est bien passée et j’étais fière de moi ! Vu mon avancée favorable, je décidais de faire de ma Seda une robe pour le réveillon de Noël.

seda-haut

Une fois ma jupe montée sur le haut, il ne restait que les finitions : la pose de la fermeture et du biais.

Mais, à une semaine de Noël, toujours pas de trace de mon précieux pied de biche !!! La panique commença alors à s’installer et je me voyais déjà arriver sans robe le 24 décembre ! Il me fallait trouver un solution d’urgence, et je me suis alors tournée vers le site A little mercerie, un site de vente de petit matériel de couture par des particuliers.

J’ai donc commandé mon pied sur la boutique des Filles à pois , et seulement quelques jours plus tard il arrivait dans ma boîte aux lettres ! Merci à elles pour leur efficacité et leur réponse rapide 🙂 Avec mon nouveau jouet, la pause de la fermeture s’est faite sans accro et avec beaucoup de plaisir ! En fait, j’ai déjà hâte de recommencer ! (Comme quoi, tout arrive…)

Je suis quand même assez fière d’avoir terminé ma robe juste à temps pour le réveillon et j’ai adoré la porter ! Je trouve que c’est un basique tout terrain plutôt élégant et je suis amoureuse du motif petits pois – à tel point que je l’ai aussi décliné sur mes collants.

Je ne regrette pas de m’être gelée les orteils le temps des photos (prises hier et oui, il fait froid en ce moment pour sortir simplement vêtue d’une robe en coton ! ) car la lumière met bien en valeur la vraie couleur du tissu.

Ne m’en voulez pas, mais maintenant que vous avez vu ma robe sous toutes les coutures, je vais quand même rentrer me mettre au chaud à la maison… Une dernière photo avant de sauter sur le radiateur :

robe-seda-3

Et un grand MERCI à mon photographe de rêve qui a donné de sa personne pour ce shooting frisquet 😉

J’ai déjà hâte de me coudre d’autres Seda Dress et sur les prochaines j’aimerai améliorer :

Ma pose de biais, qui laisse franchement à désirer… Si vous avez des astuces, tutos ou autres, je prends !

La propreté de l’envers. Vous le savez, je n’ai pas de surjeteuse. Pour ce projet, j’ai simplement fini mes coutures avec le point zig-zag de ma machine, mais je ne suis pas fan du résultat. Les bords s’effilochent beaucoup et l’envers n’est vraiment pas beau. Je pensais acheter des ciseaux cranteurs car j’ai lu quelque part que cela pouvait aider… Et vous, cousez-vous sans surjeteuse ? Quelles sont vos astuces pour un envers nickel ?

Je vous dis à bientôt pour de nouvelles cousettes car j’ai retrouvé la forme et j’ai hâte de me faire d’autres vêtements  !

 

 

Image

Des fleurs dans mon intérieur {DDF 9}

Septembre touche à sa fin, c’est donc le moment de partager avec vous ma réalisation du mois pour les Défis du Fil !

Pour rappel, ces jolis défis sont organisés par Stella, du blog Mes petites récréations. J’ai choisi de pimenter le challenge en présentant une création chaque mois, durant toute l’année 2016, mais vous pouvez aussi vous lancer dans l’aventure avec un seul projet. Si cela vous intéresse, vous pouvez consulter le règlement du challenge ici et nous rejoindre ! 🙂

Ce mois-ci, j’ai décidé de faire marcher un peu ma Machine à Coudre pour changer du tricot. Le début de l’automne a boosté mon envie de décorer ma maison. J’adore tricoter confortablement installée dans mon canapé, avec une bonne théière bien chaude à proximité, mais j’ai toujours un peu peur pour ma table basse en bois qui elle, n’aime pas trop le thé…Alors j’ai cousu un joli chemin de table, idéal pour la protéger.

chemin-de-table-salon

J’ai utilisé un lin fleuri, un brin rétro (vous connaissez mon amour pour le vintage…), acheté cet été chez Ivantout- tissus. Les tons violine et beige s’assortissent assez bien à mes coussins et apportent une touche de lumière bienvenue.

Pour finir le chemin de table, j’ai cousu un biais gris tout autour. J’ai toujours eu du mal avec la pose de biais et quelques progrès sont à faire… Mais je ne baisse pas les bras ! Ma Singer et moi, on bien décidées à s’exercer cet automne ! Et puis, si j’ai trop de mal j’irai peut-être prendre des cours chez Rose and Mine, mon amie tricoteuse et couturière aux doigts de fée… 😉

J’ai soigneusement bâti avant de piquer et opté pour des coins arrondis, qui amènent plus de douceur à mon goût que la version à angles droits. Je suis sous le charme de cet imprimé fleuri, grâce auquel j’aurai un petit bout de jardin dans ma maison toute l’année. C’est bien mieux qu’un bouquet éphémère de roses et de marguerites sur ma table ! De plus, j’aime beaucoup les écritures  » à main levée » qui ajoutent un côté ancien à ce tissu, comme un herbier.

Ce projet était parfait pour me remettre le pied à l’étrier, ou plutôt la main à la machine. 🙂 J’ai même envie de me lancer et de coudre une ou deux robes pour l’automne… Affaire à suivre !chemin-de-table-zoom

En attendant, je vais pouvoir profiter de jolies fleurs, à l’intérieur comme au jardin. Mes cosmos ont fleuris et je ne me lasse pas de les regarder…

Je vous dis à bientôt pour de nouveaux défis et de nouvelles cousettes d’automne ! 🙂

Image

Un petit coussin {DDF #8 }

Une fois n’est pas coutume, il n’y aura pas de tricot pour le Défi du Fil ce mois-ci.

Je ne vais pas vous mentir, mon ouvrage du mois est simple. C’est une petite cousette qui n’a rien de compliqué mais que j’aime bien. Je vous avez déjà parlé de mon envie de décorer ma maison avec plein d’éléments faits main. J’ai décidé de commencer avec quelque chose de très basique, pour me remettre en jambe et ré-apprivoiser ma MAC : un coussin pour le salon.

Mon coussin rose et gris

J’ai choisi deux tissus très différents :

 Le premier : un tissu d’ameublement plutôt épais.Il dormait dans mon stock depuis de longs mois, car je ne savais pas trop comment exploiter son motif complexe un peu chargé- mais que je trouvais très joli.

Pour ne pas tomber dans le « vieillot » ou le « rococo », j’ai choisi de le contraster avec un second coupon complètement en décalage :

Un lin gris très fin, qui apporte un effet de texture très sympa. Il modernise l’ensemble et atténue le motif chargé de l’autre tissu. Ce lin est 100% récup’ puisqu’il s’agit d’une ancienne robe, beaucoup trop petite pour moi, mais dont j’adorais le tissu. Je n’ai pas eu le cœur de me débarrasser de la robe et j’ai eu l’idée d’en faire autre chose.

Le recto est formé de 4 carrés pour un effet « patchwork », et le verso est fait d’une pièce. J’aime bien l’idée d’avoir deux faces différentes, car cela permet de changer de décor selon l’humeur…

 Coussin verso

Ce joli coussin est un travail à 4 mains, et avec mon chéri aux ciseaux la coupe n’a jamais été aussi précise ! J’ai trouvé ça vraiment chouette de ne pas coudre toute seule, ça fait de jolis moments à partager et comme ça on décore ensemble notre nid douillet.  Et vous, ça vous arrive de créer en duo avec votre chéri, votre famille ou vos amis ?

Quant à la destination de ce coussin, elle était toute trouvée : il a rejoint le fauteuil du salon, à côté de mon panier à ouvrages… Il n’est pas bien là ?

fauteuil et coussin et panier

Vous pouvez apercevoir mon tricot en cours… je cogite sur un nouveau patron en laine Petit Bout de Laine et il occupe mes jours et mes nuits depuis quelques semaines… J’ai hâte de vous en dire plus ! 🙂

Alors, que dites-vous de cette cousette express ?

Vous pouvez retrouver les autres jolis projets des participantes sur le blog de Stella. Rendez-vous le mois prochain pour un nouveau Défi !

DDF #5 : La fête du jean

DDF #5 : La fête du jean

Incroyable mais vrai : j’ai réussi à terminer une cousette pour le Défi du Fil de mai ! 

J’ai du mal à le croire moi-même, car je ne pensais pas avoir le temps de faire quoi que ce soit ce mois-ci… encore moins de la couture ! L’atelier est plein de vrac et je n’avais pas prévu d’y travailler avant de l’avoir un peu organisé. Et pourtant, c’est entre les cartons en désordre et les valises encore pleines que ma MAC a tourné à plein régime.

A l’origine de cet élan créatif, il y a l’anniversaire de ma Maman. A cette occasion, on avait prévu de se réunir pour faire la fête en étant « Chic en Jean ». Je connaissais le « dress code » depuis des semaines, mais à quelques jours de l’événement je me suis aperçue que le contenu de mon dressing me permettrait surtout d’être « saucissonnée en jean ».

 J’étais bien dépitée… quand j’ai entendu une petite voix. Elle venait de mon garage, loin, loin, loin, sous une montagne de boîtes et d’emballages. Intriguée, j’ai slalomé entre les objets pour trouver la source de ce murmure. J’ai défait plusieurs cartons, trébuché sur des mètres de papier d’emballage et faillit être assommée par une pile de livres. Heureusement j’en suis sortie intacte et après avoir démonté quelques mètres carrés de cartons, j’ai découvert la source de la curieuse voix. C’était la boîte de ma Singer, abandonnée dans un coin. Elle me soufflait la réponse à mon dilemme de tenue : « Couds donc quelque chose ! »

DSC_0481

Oui, mais que faire en moins d’une semaine ? Du neuf avec du vieux, de la customisation bien sûr !

Vous souvenez-vous de ma  jupe-salopette ? Cousue il y a plus d’un an, portée… une seule fois. On m’a fait remarquer à plusieurs reprises qu’elle était trop longue, un peu vieillotte… résultat elle a fini consignée au placard. Je n’ai pas assumé le biais à fleur ou le côté portefeuille qui rappelait trop les robes-tablier des écolières d’avant.

Mais en rangeant ma garde-robe je l’ai retrouvée et j’ai réalisé qu’elle était… en jean. L’occasion était venue de dépoussiérer cette cousette et de la propulser au 21 ème siècle ! Direction la DeLorean, vous me suivez ? Prochain arrêt : le futur !

  On commence par un bon coup de ciseaux !  J’aime les jupes longues, voire très longues mais je reconnais que sur certains modèles ça peut vite faire trop. J’ai donc raccourci ma jupe aux genoux pour la rendre plus légère et fonctionnelle. J’ai aussi cousu la fente du devant puis créé un petit volant en lin gris. J’aime beaucoup son côté froissé et chiné.

♥ Ensuite, j’ai décousu le biais fleuri pour laisser la bavette en jean brut. Mais, ne vous inquiétez pas, ce joli ruban a de beaux jours devant lui et je suis sûre qu’il trouvera sa place sur un nouveau projet !

DSC_0527

♥ J’ai remplacé les deux boutons roses de la taille par des blancs pour créer un contraste et casser le côté trop sage de ma salopette. Et pour faire un rappel de couleur et trancher sur le noir, je me suis amusée avec les points fantaisie de ma MAC. J’ai dessiné un zigzag jusqu’au bas de la jupe et sur une des bretelles… J’ai vraiment adoré m’amuser avec les points et redécouvrir les multiples possibilités offertes par ma machine. 

DSC_0479

J’ai réalisé que je m’étais lassée de la couture, car je ne voyais plus que son côté technique. Pour ma préparation du CAP j’avais survolé l’ensemble des méthodes en très peu de temps. Entre les coutures anglaises, les mille et unes fermetures, j’ai fait une indigestion.

Je sais aujourd’hui que je ne ferai pas de couture à un niveau professionnel, mais j’ai redécouvert le plaisir de coudre. Je me suis souvenue que le principal n’est pas la perfection technique, mais bien d’être fière de porter les vêtements qu’on crée.

Et ça me donne le sourire…

J’ai porté cette jupe-salopette nouvelle version avec une de mes chemises préférées- à plumetis. Petit pause photo au milieu des pins avec le soleil :

DSC_0526

DSC_0530

Merci à Stella du blog Mes petites récréations qui nous propose ses Défis du Fil tout au long de l’année. C’est tellement motivant de créer ensemble que j’ai déjà hâte d’être au mois prochain !

N’hésitez pas à nous rejoindre ! 🙂

Alors, elle vous plaît cette nouvelle version de la jupe-salopette ?